top of page
Rechercher

Les Prix Henri Goetschy remis lors de la 3e Elsàss Friday

10 000 euros pour soutenir l’immersion précoce en alsacien à trois crèches et une association périscolaire


>>> AUF DEUTSCH HIER

>>>>> UF ELSASSERDITCSH DO


Des lauréats du Prix Henri Goetschy
Bernard Goetschy et Thierry Kranzer (au centre) remettent les prix Henri Goetschy aux représentants des crèches Schtumpa Hissela, de Moosch (Mme Frédérique Mosbach ) et Storka Hissela, de Waldighoffen (M. Hervé Grelet).

Les premiers prix « Henri Goetschy » pour l’immersion précoce en alsacien ont été remis ce vendredi 5 mai 2023 à Niedermorschwihr, en marge de la troisième Elsass Friday, une soirée conviviale, avec concert rock en alsacien, bœuf à la broche et éclair Ferber, qui a rassemblé 150 convives vêtus de rouge et blanc, thème vestimentaire suggéré.


L’hôte de la soirée, Thierry Kranzer, président de l’association Sprochpolitik – langue alsacienne, créateur du Fonds Henri Goetschy a remis ces premiers prix aux côtés de Bernard Goetschy, le fils ainé de l’ex-sénateur chantre du bilinguisme en Alsace. Parmi les

récipiendaires : trois crèches de Scheibenhard (Les lutins du pont), Moosch (Schtumpa Hissela) et Waldighoffen (Storka Hissela), mais aussi l’association d’Kinderstub des parents de l’école immersive ABCM à Ingersheim pour appuyer des projets d’activités périscolaires bilingues par immersion en alsacien.


« Nous avons besoin d’aide pour former en alsacien nos animateurs de crèche », a scandé au moment de recevoir son prix M. Hervé Grelet, un vendéen, à l’origine des premières crèches en 2017 proposant une intervention quotidienne en alsacien à Moosch et à Waldighoffen. Sur le même ton, Mme Huguette Vogel, représentante de la crèche de Scheibenhard, à la frontière du Palatinat, a expliqué que 3 de 5 intervenants de la crèche parlaient quotidiennement alsacien avec 24 enfants, dont 8 enfants allemands. Enfin, recevant le prix destinés aux parents de d’école ABCM Ingersheim, Cedric Constant, papa d’origine cannoise a mis l’accent sur l’implication de nombreux parents non originaires d’Alsace dans la promotion de l’immersion en alsacien qui s’étonnaient toujours des difficultés et freins psychologiques qu’entretenaient les Alsaciens avec leur langue.


Après un aparté d’une enseignante d’ABCM, Mme Giséle Mattes, qui a expliqué comment s’articulaient les journées d’alsacien et d’allemand dans les trois classes maternelles immersives d’Ingersheim, Thierry Kranzer a salué l’investissement de ces parents venus d’ailleurs et qui se sont épris de l’identité alsacienne là où les Alsaciens et leurs élus entretiennent encore une relation compliquée et complexée avec leur langue.


Réagissant à l’appel du Vendéen M. Grelet, Thierry Kranzer a espéré que le prix Henri Goetschy de l’association Sprochpolitik soit, à l’avenir, appuyé et complété par la CEA pour s’approprier un dispositif breton accordant aux crèches une aide de 7500 euros pour leur permettre de remplacer un animateur qui irait se former en breton intensif pendant six mois.


Après la remise des prix, l’audience a été invitée à chanter en alsacien le répertoire traditionnel de l’Elsass Friday dont l’hymne « l’Elsass unser Ländel » et le très populaire « Luschdig ìsch’s ìm Elsàss Lawa ». Pour ce faire, fût improvisée une chorale néophyte constituée de personnalités comme Bernard Kuentz, ancien directeur de la Maison de l’Alsace à Paris et nouveau président des Bretzel d’or, Philippe Kalt, ancien arbitre de football professionnel, Dominique Lihrmann, à la tête de la fronde pour un retour à la Ligue d’Alsace de football, Jean-Philippe Atzenhoffer, docteur en économie, ou encore Jean Georges Trouillet, président du parti Unser Land. En début de soirée, l’auditoire a pu profiter d’un apéritif agrémenté d’un répertoire exotique d’un nouveau groupe de Munster créé à l’initiative du Mexicain Pavel Del Angel, par ailleurs, auteur d’une thèse sur la perception et transmission de l’alsacien dans la vallée de Munster.


C’est une ambiance de « Woodstock alsacien » qui a régné sur cette soirée selon les propos publié sur sa page facebook par l’ancien directeur de la Maison d’Alsace à Paris qui a particulièrement apprécié la qualité de la production du groupe Flexmachine de Sélestat, passé maître dans l’appropriation en alsacien, sans complexe eux, des plus grands tubes des Beatles, Rolling stones, Pink Floyd ou encore ZZ Top. En début de soirée, les 200 personnes présentent à l'apéritif extérieur ont aussi apprécié la performance du groupe Pass El Rico, porté sur les fonds baptismaux le mois dernier à l'initiative du sociologue mexicain Pavel Del Angel, connu par ailleurs, pour avoir présenté avec brio en 2022 sa thèse de doctorat sur la perception de l'alsacien dans la vallée de Munster. Le plus Alsacien des Mexicains a aussi montré qu'il avait plusieurs cordes à son arc culturel, en interprétant successivement des chansons en espagnol, alsacien et français.


Pour contribuer au Fonds Henri Goetschy : www.sprochpolitik.org/faire-un-don 66% de votre don est déductible des impôts

Découvrez les photos de l'événement !





 

Découvrez les actions de l'association Sprochpolitik - Langue alsacienne.

Soutenez-nous, faites un don !


120 vues
bottom of page