Rechercher

Redresser la barre face au désastre de la signalétique bilingue en Alsace

Dernière mise à jour : 23 avr.

Les promoteurs des langues régionales ont pour habitude de mesurer la fierté de leurs locuteurs à la qualité de la visibilité de cette langue dans l’espace public. Or, un petit tour d’Alsace nous laisse un goût amer.


Les tailles des caractères en langue alsacienne, déjà pas grandes, ont même diminué au cours des années sur les plaques de rues bilingues, pour arriver à des dimensions insultantes dans près de 300 communes alsaciennes. Etude de cas d'un bricolage alsacien.


Cet état des lieux, fruit de l’enquête menée par Thierry Kranzer, a fait l’objet d’un article de l’Ami du peuple du 4 juillet 2021.



Malgré des recommandations des Assises régionales de la langue régionale de 2014 et du Groupe de réflexion « Alsace » de juin 2018, une étrange atonie des institutions alsaciennes, anciens départements et Région, a empêché ces bons vœux de se traduire en bonne gouvernance linguistique.


Notre enquête a montré que dans certaines communes, les tailles sont passées de 3,5 à 1,8 cm entre deux générations parce que, faute de directive de politique linguistique, les sociétés de signalétique ont eu le champ libre de faire n’importe quoi, en gravant dans l’espace publique l’infériorité de notre langue régionale.


Après 4 ans de revendications et quelques échanges avec Jean Rottner début janvier 2022, le vice-président alsacien de la Commission Culture, M. Fremiot, nous a confirmé par courriel du 19 janvier 2022, que la Commission Culture de la Région accédait à notre requête et qu'elle indiquera que la subvention aux panneaux bilingues sera à présent conditionnée au respect du principe de la "taille, police et style de caractères identiques".


Ce qui est plus étonnant est que personne n’a été capable d’expliquer qui ou ce qui pouvait bloquer depuis des années.


Au printemps 2021, nous avions essayé de contourner le problème en proposant à la CEA une initiative de promotion du modèle taille, police et style de caractères identiques, auprès de plusieurs collectivités afin de corriger ce problème par l'exemple. Pronant le mauvais exemple, la ville de Mulhouse refuse toujours de passer à cette norme prétextant la volonté de ne pas changer les habitudes et de préserver une cohérence...de la mauvaise pratique. Comme les mauvaises pratiques se diffusent par mimétisme autant que les bonnes, surtout quand elles sont cautionnées par l'OLCA, il nous a fallu faire preuve de persévérance pour éviter que la mauvaise pratique mulhousienne contamine Colmar et l'agglomération de Saint-Louis. Nous avons invité l'OLCA - qui ne nous a pas répondu - à se convertir à cette bonne pratiques de signalétique bilingue "taille, police et style de caractères identiques " et à cesser de promouvoir sur son site des modèles de plaques de rue proposant des tailles ridiculement petite pour l'alsacien.


« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément » rappelle une maxime de Boileau, qui mériterait d’être mise à jour pour la signalétique bilingue. Car si la langue doit se concevoir bien, les panneaux pour le montrer doivent arriver fièrement.




Modèle de panneau mariant l'exigence d'un bilinguisme authentique et la démarche patrimoniale. Mais attention la démarche patrimoniale ne doit pas être menée au détriment de la traduction exacte. (P.S la traduction appropriée devrait être Republik Platz)


 

Découvrez les actions de Sprochpolitik. Soutenez-nous, faites un don !

64 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout