Rechercher

Motion pour un "Office public de la langue"

Dernière mise à jour : 26 juin

L’association « Sprochpolitik – langue alsacienne »


Motion proposée par Thierry Kranzer, président de l’Association « Sprochpolitik-Langue alsacienne » 25 juin 2022 :

Préambule


Considérant l'importance de l'institutionnalisation d'une politique linguistique à tous les niveaux des collectivités alsaciennes ;


Soulignant les exemples que constituent les offices publics de la langue basque et de la langue bretonne en matière de planification de la reconstruction linguistique mais aussi de durabilité de financements partagés avec l'Etat des politiques linguistiques ;


Rappelant l'exemple que constitue l'Office Public de la Langue Basque comme un Groupement d'Intérêt Public (GIP), personne morale de droit public dotée d’une structure de fonctionnement initialement constitué pour une durée de six années par l'arrêté préfectoral n°2004-210-18 du 28 juillet 2004 ;


Rappelant l'originalité budgétaire de l'Office basque constitué de 4 partenaires qui versent chacun 860 000 euros, soit 25% du budget socle de 3,44 millions d’euros,

  • 25 % pour l'Etat,

  • 25 % pour le Conseil régional de la Nouvelle Aquitaine,

  • 25 % pour le Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques,

  • 25 % pour l'Agglomération Pays Basque ;

Soulignant l'originalité d'une démarche institutionnelle ayant permis l'intervention transfrontalière de la communauté basque espagnole à hauteur de 400 000 euros annuels en sus du budget socle de 3,44 millions ;


Notant qu'il y aurait complémentarité entre un Office Public chargé de planifier la reconstruction linguistique (école, activités périscolaires, visibilité de la langue et formation) en mettant l'accent sur le coeur de cible 0-5 ans, et un OLCA chargé des animations culturelles ;


L’association « Sprochpolitik-langue alsacienne »


Invite la Collectivité européenne d’Alsace (CEA) à s'inspirer du modèle de l’Office public de la langue basque (OPLB), de son fonctionnement et financement, pour mettre en place une équipe d'une dizaine de techniciens de la langue chargés de définir et mettre en œuvre une politique linguistique en faveur du développement de l’utilisation de la langue régionale ;


Invite la CEA à saisir l'opportunité de cette démarche pour initier un appui transfrontalier (suisse et/ou badois) à des projets linguistiques - à l'image de l'intervention des basques espagnols en faveur de projets linguistiques du Pays Basque nord dans le cadre d'un accord avec le Ministère de l'Intérieur ;


Suggère aux collectivités alsaciennes d'inviter la Ville de Bâle, dans le cadre du projet d'Office Public alsacien, à consacrer 1% de son excédent budgétaire annuel estimé à 300 millions d'euros, à des projets d'immersion et de formation linguistique dans la langue alémanique commune à la Ville de Bâle et au Sud de l'Alsace ;


Invite à examiner la dimension de la contribution potentielle des 40 intercommunalités alsaciennes à un "Office public de la langue" sachant que l'intercommunalité basque composée de 260 communes verse 860 000 euros à l'Office Basque, soit l'équivalent de 3 euros par habitant.





 
Découvrez les actions de Sprochpolitik. Soutenez-nous, faites un don !
35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout