top of page
Rechercher

Hawaï ressuscite sa langue grâce à l’enseignement immersif

Par Thierry Kranzer


Des enfants écoutent une enseignante qui leur lit un livre.
Photo/Aha Punana Leo

Il restait moins de 50 enfants locuteurs d’hawaïen en 1987, sur cette île de 1,5 million d’habitants, dont 150 000 autochtones hawaïens, lorsque l’association Aha Punana Leo (le nid de langue) a ouvert ses premières maternelles en immersion complète en hawaïen, langue polynésienne apparenté au tahitien.


Trente ans plus tard, 15 écoles publiques et six écoles associatives scolarisent 2 000 enfants en immersion complète en langue hawaïenne. L’anglais n’est introduit qu’à la fin du primaire (Fifth grade), l'équivalent du CM2 français.


Si ces effectifs de locuteurs restent mineurs au regard de la population totale d’Hawaï - 1,5 million d’habitants pour 28 000 km2 (la taille de la Bretagne), ce sont aujourd’hui en moyenne 250 enfants autochtones par classe d’âge sur 1 750 qui sont parfaits locuteurs. Cela représente 15% d’enfants autochtones locuteurs contre 0,1% en 1987. Un exemple de reconstruction linguistique.


C'est en marge des rencontres de l'Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones que j'ai rencontré Mme Namaka Rawlins, alors présidente du Conseil de l'éducation des autochtones d'Hawaï, venue à New York pour parler du succès de l'immersion précoce pour la reconstruction linguistique. Celle qui était bénévole dans une crèche en immersion en hawaïen, alors étudiante en 1984, a consacré sa vie et sa carrière à la revitalisation de la langue hawaïenne.


En juillet 2023, Isabelle D. une amie française en vacances chez des amis autochtones à Hawaï témoigne : "Au fil des conversations avec les petits-enfants, de mère autochtone, d’une amie de famille dont on célébrait l’anniversaire, j’ai en effet appris que l’hawaiien, plus ou moins interdit après le renversement du royaume dans les années 1890, connaît à présent un véritable renouveau grâce à la création, il y a environ 10-15 ans, de différents réseaux d’écoles privées et charter schools qui privilégient une immersion totale, c'est-à-dire : aucun enseignement en anglais avant la 5ème primaire. Résultat, les enfants de parents qui ne parlent pas du tout la langue ou ne connaissent que quelques bribes de phrase, maîtrisent, eux, l’hawaïen couramment".


Devenu 50e Etat des États-Unis en 1959, il a fallu attendre 1978 pour voir le hawaïen devenir coofficiel aux côtés de l’anglais. Mais cette coofficialité ne s’est traduite par aucune initiative concrète en faveur de la langue. Pire les enseignants étaient menacés de licenciement s’ils étaient surpris en train de parler hawaïen à leurs élèves.


Rappel historique


En 1893, le Royaume indépendant d’Hawaï est renversé par un coup mené par des hommes d’affaire américains, avant d’être annexé par les États-Unis en 1898. Il faut attendre 1959 avant qu’Hawaï devienne le 50e État des États-Unis. Hawaï fait partie des quatre États (avec le Vermont, la Californie et le Texas) à avoir été indépendant avant de rejoindre les États-Unis. La politique linguistique du Département de l’Éducation de Hawaï est aujourd’hui perçue comme un modèle dans le monde en matière de préservation de la langue minoritaire.


Aujourd'hui, ce sont en moyenne 250 enfants autochtones par classe d’âge, sur 1750, qui sont parfaits locuteurs. Cela représente 15% d’enfants autochtones locuteurs contre 0,1% en 1987.


Pour découvrir ces écoles associatives immersives, consultez le lien suivant :


Pour écouter 4 chants d'enfants en hawaïen avec les paroles, cliquez sur le lien suivant :


 

Découvrez les actions de l'association Sprochpolitik - Langue alsacienne.

Soutenez-nous, faites un don !


Comments


bottom of page